Stephen Hawking : vers les étoiles ou le trou noir ?

3 25

Stephen Hawking s’en est allé. La réalité dépasse souvent la fiction. Il en était l’illustration vivante. Stephen Hawking c’était d’abord cette image terrible d’un corps paralysé par l’horrible maladie de Charcot qui lui ôta jusqu’à la parole. Mais c’était surtout un des esprits les plus brillants de notre temps, un de nos plus grands astrophysiciens…. vous savez ces gens qui comprennent un peu plus que le commun des mortels comment fonctionne notre univers, d’où nous venons… Stephen Hawking était un exemple de transcendance, comme si la maladie qui empêchait son corps avait rendu encore plus aiguisée sa capacité d’abstraction théorique.

J’ai en mémoire les heures passées passionné à décrypter son best-seller « Une brève Histoire du temps ». Décrypter est bien le bon mot. Stephen Hawking avait certes de vrais talents de vulgarisateur mais d’une matière obscure (les experts apprécieront le jeu de mot) pour le non-initié. Je me souviens de mon enthousiasme d’avoir découvert qu’on savait dater le big bang, dater l’origine du monde!!!! que l’on se posait d’infinies questions sur ce moment, cette singularité régie par l’inextricable combinaison entre les lois de l’infiniment grand et de l’infiniment petit. Je m’étais délecté de cette compréhension superficielle des mystères de l’univers. J’avais en lisant ce livre retrouvé l’excitation du gamin à qui on remet une carte au trésor codée et qui arrive à en déchiffrer les premiers signes.

Stephen Hawking s’en est allé mais où? Quelle réflexion éclairée ce scientifique expert de l’origine de l’univers portait-il sur l’existence de Dieu, sur l’au-delà? J’ignorais avant d’écrire cet article que dans un ouvrage publié en 2010 Stephen Hawking avait opté pour un athéisme sans nuance : « Le temps n’existait pas avant le big bang. Dieu n’aurait ainsi pas eu le temps de créer l’univers. C’est comme demander une direction aux confins de la Terre. La Terre est une sphère. Elle n’a donc pas de fin. En chercher le bout est un exercice futile. Chacun est libre de croire ce qu’il veut. Mais mon point de vue est extrêmement clair : il n’y a pas de Dieu. Personne n’a créé l’univers et personne ne dirige notre destin. Ce qui me mène vers une conclusion : il n’existe probablement pas de paradis. Ni même de vie après la mort. Nous n’avons donc que cette vie pour profiter des merveilles de l’univers. Et j’en suis extrêmement reconnaissant. »

Cette prise de position tranchée avait alors provoqué la controverse y compris chez les astrophysiciens. Stephen Hawking plus jeune avait d’ailleurs pris une opinion moins affirmée sur le sujet. Ce grand esprit dans un corps malade a passé sa vie à imaginer des innovations folles, l’univers et même la possibilité de l’existence de plusieurs univers. Mais il n’a pas voulu rêver d’un au-delà avec un esprit libéré de sa maladie. Stephen Hawking a opté pour le trou noir après l’instant fatal. Paradoxalement nul mieux que lui ne savait que nous ignorons radicalement ce qu’il y a dans les trous noirs.

Abonnez-vous dès maintenant et resté(e) informé(e) en temps réel de la publication de nouveaux articles !

3 commentaires
  1. 75fabienne dit

    C’est émouvant : on te sent vraiment touché

  2. Legros dit

    Superbe article, très intéressant sur un grand homme de part sa vision. Malgré la maladie, Stephen Hawking s’est toujours battu pour ses passions, ses convictions, ses idées… Cet exemple est magnifique et ses ouvrages méritent d’être lus attentivement. Merci pour ce partage

    1. Ban500 dit

      Merci pour votre commentaire. J’avais effectivement écrit cet article avec le cœur en hommage à un homme extraordinaire

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Centre de préférences de confidentialité

    Cookies

    Publicités

    Analytics

    Other