Apple Irlande : taxation des GAFAM, encore raté!!!

0 108

Coup de tonnerre dans la lutte entre la commission européenne et les GAFAM sur la taxation de leurs activités. La cour de justice de l’Union Européenne a annulé la décision de la commission européenne de redressement fiscal d’Apple pour un montant de 13 milliards d’€. La commission avait jugé illégaux des accords conclus entre Apple et l’administration fiscale irlandaise. Et elle demandait le remboursement des avantages fiscaux ainsi perçus. Le tribunal de l’Union Européenne a jugé que la commission n’avait pas réussi à prouver que ces aides fiscales avaient faussé la concurrence. Cette décision est un échec majeur pour la commissaire Margrethe Vestager. “La dame de fer” a fait de de la lutte contre l’évitement fiscal et les abus de position dominante des entreprises du numérique son cheval de bataille. Une confirmation de cette décision en appel serait un coup très dur dans la quête pour la souveraineté numérique européenne.

Silicon Docks, nouveau quartier de Dublin, symbole de la présence des GAFAM en Irlande

silicon docks taxation GAFAM

2018 week-end dans la sympathique ville de Dublin avec ses pubs, ses parcs, son campus traditionnel de Trinity College. Au bout de la ville, au bord du Grand Canal, loin des façades en briques, nous découvrons  le quartier moderne de Silicon Docks. Google, Facebook, AirBnB, Tripadvisor, Linkedin, Amazon, Twitter… ils sont tous là les sièges européens des géants américains du numérique. Vu le nombre de grues en activité, l’opulent quartier poursuit son extension dans une ambiance de créativité architecturale.

L’Irlande grâce à sa fiscalité accommodante (un taux d’impôt sur les sociétés de 12.5% avant accords particuliers) est devenu le “paradis des sièges sociaux” des GAFAM. Cela a permis au pays, historiquement un des plus pauvres d’Europe, de devenir en 30 ans l’un des plus prospères de l’Union Européenne. Finies les grandes vagues d’immigration des irlandais vers les Etats Unis. L’Irlande est maintenant un pays d’immigration.

Après la crise de 2008 particulièrement dure, le pays a repris sa marche en avant. Elle affiche un taux de croissance supérieur à 10% sur la période 2014-2018 dont un, incroyable +25% en 2016. On comprend dès lors l’attachement de l’Irlande à ce régime fiscal source de sa prospérité.

Le combat de Margrethe Vestager pour la taxation des GAFAM

Parmi les GAFAM, Apple fut la première à miser sur l’Irlande. La firme de Cupertino s’installe à Cork dès 1980. Elle y emploie 6000 personnes avec notamment la seule usine opérée en propre par la marque à la pomme. Cork est surtout le siège de toutes les activités d’Apple pour l’ensemble de la zone EMEA (Europe, Middle East, Africa).

Margrethe Vestager
La commissaire européenne Margrethe Vestager

L’Irlande voit donc rouge quand la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager la met en accusation concernant le traitement fiscal d’Apple. La politique fiscale n’est-elle pas du ressort de chaque état? Pas si simple. La commission invoque l’article 107 du TFUE (traité de fonctionnement de l’Union Européenne). Cet article “interdit les aides d’état qui faussent ou menacent de fausser la concurrence sur le marché intérieur“. Ça n’est pas le régime fiscal spécial en soi accordé à Apple qui est jugé illégal par la commission mais l’avantage concurrentiel qu’il conférerait à la firme à la pomme sur le marché unique.

Sur cette base, la commission condamne en 2016 Apple à rembourser à l’état irlandais 13 milliards d’€. Apple proteste avec véhémence. Son PDG Tim Cook parle de “political crap”. L’Irlande soutient la position d’Apple. Un état qui fait tout pour ne pas recevoir 13 milliards d’€ : situation inédite!!!!

De son côté, la commission européenne révèle au grand jour l’ampleur de l’optimisation fiscale réalisée par les GAFAM dont en particulier Apple. Margrethe Vestager martèle ainsi ce spectaculaire chiffre pour l’année 2011. “la filiale irlandaise d’Apple a enregistré des bénéfices européens de 22 milliards de dollars américains (environ 16 milliards d’euros), mais aux termes de la décision fiscale, seuls environ 50 millions d’euros étaient considérés comme imposables en Irlande.” soit un taux d’imposition de ces profits de 0.3%

La France et l’Union Européenne en échec dans leurs projets de taxation des GAFAM

Logo GAFAMEn parallèle, à l’initiative de la France, la réflexion sur une taxation des GAFAM progresse. La France adopte en juillet 2019 sur proposition de Bercy pour taxer “à hauteur de 3 %, les recettes tirées des prestations de ciblage publicitaire, qui s’appuient sur les données collectées auprès des internautes, notamment via les moteurs de recherche et les réseaux sociaux, et des prestations de mise en relation entre internautes, en particulier les places de marché. Ces prestations de service seront taxées à proportion de la part de l’activité des internautes qui est réalisée depuis la France.”

Donald Trump proteste et surtout menace la France de représailles commerciales notamment avec des taxes sur le vin français. Les états européens sont désunis sur ce dossier. Face aux pressions américaines, la France décide un report à décembre 2020 de cette taxe GAFA. Pour expliquer ce recul, le Ministre de l’économie Bruno Le Maire s’en sort avec une pirouette. Il indique que cela laisse le temps à la négociation internationale entre Européens et Américains menée au niveau de l’OCDE.

Les négociations au niveau de l’organisation internationale semblent alors bien avancer. L’OCDE indique début mai sa volonté de présenter un projet finalisé au G20 du mois d’octobre. Mais coup de théâtre le 17 juin, l’administration Trump annonce sa décision de suspendre sa participation aux négociations de l’OCDE. Elle prétexte la pandémie de Covid-19. Une négociation impossible lors d’une année électorale. Simple“posture de négociation” commente  optimiste le commissaire européen Thierry Breton ou nouveau report aux calendes grecques de la taxe GAFA. L’avenir le dira.

Taxation des GAFAM : la cour de justice européenne annule la condamnation d’Apple à rembourser 13 milliards d’€ d’avantages fiscaux

La cour de justice de l'Union Européenne
Les tours de la cour de justice de l’Union Européenne à Luxembourg

15 juillet nouveau coup de théâtre dans le feuilleton de la taxation des GAFAM. La cour de justice européenne décide d’annuler la condamnation d’Apple à rembourser 13 milliards d’€ d’aides fiscales à l’Irlande. Pourquoi la commission a-t-elle été désavouée? Dans son arrêté, le tribunal motive ainsi sa décision.  “La Commission n’est pas parvenue à démontrer à suffisance de droit l’existence d’un avantage au sens de l’article 107, paragraphe 1, TFUE.” 

Le tribunal considère donc que la  commission n’a pas réussi à prouver que les avantages fiscaux d’Apple lui ont donné un avantage concurrentiel sur le marché européen. Difficile en effet d’argumenter que les Européens achètent des Iphone grâce aux aides fiscales irlandaises. Apple n’est pas réputé pour le dumping sur ses produits. Les juges ont donc balayé le recours au droit de la concurrence par Margrethe Verstager pour imposer une taxation des GAFAM.

C’est un revers majeur pour la commission européenne. Si la décision devait être confirmée en appel, elle constituerait un coup d’arrêt brutal aux tentatives de lutte de la commission contre l’optimisation fiscale jugée abusive des GAFAM et plus généralement des multinationales. Ce serait pour les grandes entreprises un vrai feu vert à une concurrence “fiscale” sauvage entre les états membre.

Au final que penser de toute cette affaire?

Quelles que soient les opinions politiques, le constat est amer pour l’Union Européenne. Les libéraux ironiseront avec mélancolie : les Américains créent les GAFAM, les Chinois les copient (BATX) et les Européens les taxent. Terrible aveu de l’échec de l’Europe dans la révolution numérique en cours. Les défenseurs d’une légitime taxation des géants du numérique constateront eux que les GAFAM continuent année après année à pratiquer avec succès l’optimisation fiscale avec succès.

Le sujet est brûlant. Les états européens auront besoin de ressources fiscales pour financer les plans de relance suite à l’épidémie de coronavirus. Les conclusions du sommet européen de Bruxelles sur le plan de relance précisent que la commission présentera d’ici le 1er janvier 2021 des propositions sur une redevance numérique au niveau européen. Sur ce sujet, les états européens sont profondément divisés. Le feuilleton de la taxation des GAFAM connaîtra de nouveaux rebondissements avec en perspectives de nouvelles nuits blanches à Bruxelles.

Cet article sur la taxation des GAFAM vous a intéressé. Pour en savoir plus, découvrez notre article pour comprendre pourquoi culturellement les géants de la Silicon Valley font tout pour ne pas payer d’impôts

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter Consulter

Centre de préférences de confidentialité

    Cookies

    Publicités

    Analytics

    Other