Curling

0 26

Jeux Olympiques d’Hiver PyeongChang Corée, le plaisir de retrouver le rituel des Jeux, sa cohorte de sports insolites et leurs athlètes anonymes en quête de gloire. Aux JO d’été, j’ai un petit faible pour le cheval d’arçon, le pentathlon moderne ou encore le 3000m steeple où les pauvres coureurs doivent franchir des obstacles manifestement conçus pour des chevaux. Mais les JO d’hiver font beaucoup plus fort avec le roi des sports burlesques : le curling.

Le curling est une espèce de pétanque sur glace. Le lanceur, quasiment couché sur la glace, envoie une pierre en granit d’une vingtaine de kilos vers la cible. Les balayeurs fous se mettent alors en action pour accélérer ou modifier la trajectoire de la pierre et la positionner le plus près possible du centre de la cible ou pour dégager la pierre de l’adversaire. L’agitation frénétique de ces balayeurs prête à sourire et nourrit les moqueries. Cette vidéo m’a bien fait rigoler.

A quoi tient le destin d’un homme ? Comment devient-on le balayeur de l’équipe olympique de curling ? En quoi consiste son entraînement ? Pour en savoir plus, je suis allé sur le site de la Fédération Internationale de Curling qui compte une cinquantaine de pays adhérents. Destin suite, Monawarshah Shazad est le président de la Fédération Afghane de curling. Comment devient-on président de la Fédération Afghane de curling ? Comment pratiquer ce sport en Afghanistan ? Le sport est-il approuvé par les talibans ? Il y a sans doute toute une histoire à découvrir. En tout cas les sourires font plaisir à voir.

LE CURLING UN SPORT NE EN ECOSSE

 

Mais revenons au curling. Un tel jeu ne pouvait naître que dans l’esprit malicieux de nos amis d’Outre-Manche, en l’occurrence en Écosse, là où il fait froid l’hiver. Sa création remonte au 16ème siècle. Le curling est donc une vieille dame britannique pleine de principes et de traditions, à commencer par le fair-play formalisé dans un code d’éthique. « Les règles du fair-play sont toujours de mise dans le curling. C’est une joie d’observer les traditions ancestrales appliquées dans l’esprit du jeu. Les curleurs jouent pour gagner, mais jamais pour humilier leurs opposants. Un vrai curleur préférera perdre plutôt que de gagner malhonnêtement. Un bon curleur ne tente jamais de distraire un adversaire ou de l’empêcher de jouer à son meilleur niveau. Aucun curleur n’enfreint délibérément une règle du jeu ni ne porte atteinte à ses traditions. S’il le faisait par inadvertance et s’en rendait compte, il serait le premier à l’annoncer. L’esprit du curling exige ainsi sportivité, respect, amitié et conduite honorable. » Il est ainsi de bon ton que l’équipe gagnante laisse au moins un point à son adversaire.

Derrière une telle étiquette devait se cacher une vraie discipline. Je décidais donc de creuser l’aspect sportif du curling. Confidentiel en France, il est pratiqué par près d’1 million de personnes au Canada. Dans le journal La Croix, Karine Caux, présidente du club de Chamonix et ancienne « balayeuse » de haut niveau déclarait :  » Je ne compte pas les fois où je me suis fait traiter de femme de ménage ! D’abord, c’est insultant pour le travail de ces dames et, ensuite, c’est stupide. Que ceux qui se moquent de nous viennent essayer, ils verront que c’est un sport aussi exigeant que le biathlon. Le balayage (pour accélérer la vitesse de la pierre sur la glace) suppose une énorme débauche d’énergie « . Il faut dire que la fameuse cible est distante de 42 mètres, deux fois plus loin que les quilles du bowling. Et puis regardez bien la photo ci-dessous notamment le regard du curleur. Elle illustre mieux qu’un long discours l’élégance et la technicité du geste du lanceur.

curling

Le jeu requiert habileté et tactique. Les parties y sont acharnées. Elles peuvent durer jusqu’à 2h30. Tout se joue souvent sur la dernière pierre décisive. J’avais abordé cet article sur le curling avec un ton railleur. J’ai en fait découvert une vraie discipline, un véritable jeu de go sur glace, pratiqué par des passionnés. Les curleurs jouent d’ailleurs avec humour l’apparence ridicule de leur sport à l’image de l’équipe norvégienne arborant aux JO ces kitschissimes pantalons chamarrés. Longue vie au curling olympique.

 

22 février 2018

Le curleur russe Alexander Krushelnistky a été déclaré positif à un contrôle anti-dopage et a perdu sa médaille de bronze gagnée en double mixte avec sa femme. Il n’y a plus de doute. Le curling est bel et bien un véritable sport.

Abonnez-vous dès maintenant et resté(e) informé(e) en temps réel de la publication de nouveaux articles !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Centre de préférences de confidentialité

    Cookies

    Publicités

    Analytics

    Other