Dans les coulisses du Web

1 121

Ça y est etonnante-epoque.fr est en ligne. J’ai enfin mon site Internet. J’en suis l’administrateur, le webmaster. Je suis comme un gamin qui découvre la tringlerie et l’envers du décor d’une salle de spectacle qu’il a si souvent fréquentée. En exclusivité, je vous propose de vous emmener dans les coulisses « d’étonnante époque », les coulisses du Web, du grand théâtre d’Internet. Ici le metteur en scène s’appelle Google. Comme tous les grands metteurs en scène, il est talentueux, exigeant mais parfois capricieux voire maniaque. Il est surtout puissant. Si vous voulez que votre pièce ait du succès, vous devrez vous soumettre à ses desiderata pour obtenir le sésame du référencement.

LES COULISSES DU WEB : L’INCONTOURNABLE RÉFÉRENCEMENT NATUREL

Règle des trois unités : règle régissant le théâtre français du XVIIème siècle énoncée ainsi par Nicolas Boileau : Qu’en un lieu, qu’en un jour, un seul fait accompli, Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli. Cette règle permet au spectateur ne pas disperser son attention et ainsi de se concentrer sur l’intrigue principale. Elle est composée de trois parties : l’unité d’action, l’unité de lieu et l’unité de temps. 

Référencement naturel en anglais SEO (Search Engine Optimization) : ensemble des techniques qui vont permettre à un site de se positionner dans les premiers résultats naturels des moteurs de recherche notamment de Google. Les règles de rédaction des articles sont un des éléments clé du SEO permettant à l’internaute une navigation plus fluide sur la toile. 

Le poète se plie à l’Alexandrin, le compositeur se plie aux mouvements de la sonate ou de la symphonie, le rappeur à la durée d’un tube à la radio. L’auteur de théâtre du XVIIème siècle se pliait à la règle des trois unités. Les artistes créent sous contrainte. C’est de l’intériorisation et du jeu avec cette contrainte que naissent les chefs d’œuvre. Dans les coulisses du Web, le créateur de site n’échappe pas à cette règle universelle. Il se plie à Google et à ses fameux algorithmes de référencement. Apparaître en première page de Google sur les requêtes les plus pertinentes par rapport à votre contenu est en en effet le nerf de la guerre du succès sur Internet.

Pour cela, il convient de respecter le formalisme décrété par le moteur de recherche. Paradoxalement Google le scientifique est plutôt littéraire. Il aime les longs articles. En dessous de 300 mots, circulez, vous n’êtes pas digne. On n’est pas chez Twitter ici. Google valorise également la clarté pour l’internaute. Il favorise les articles structurés avec des paragraphes clairs, ni trop longs, ni trop courts avec quelques images intercalées et surtout une seule grande thématique. Coup de chance, mon écriture est spontanément plutôt Google compatible. Je n’ai donc pas eu à changer en profondeur l’écriture de mes articles pour passer sous les fourches caudines du moteur de recherche.

Mais le travail de l’orfèvre du référencement ne s’arrête pas là. Il reste à effectuer les finitions. Yoast SEO scanne votre article suivant pas moins de 12 paramètres assortis d’un feu rouge, orange ou vert. Commence alors le dur labeur pour faire passer chaque feu rouge ou orange au vert. C’est parfois un casse-tête : en faisant passer un critère au vert, un autre passe au rouge. J’y ai passé quelques week ends. C’est un peu fastidieux mais au final plutôt amusant.

Je vous l’ai dit : Google est exigeant et capricieux. Les optimiseurs de référencement sont créatifs pour essayer de biaiser le système. On a longtemps vu sur les sites des listes de mots-clé rajoutés artificiellement en bas de page. Google est donc en guerre permanente contre le mauvais SEO. Il garde ses algorithmes jalousement secrets et les fait évoluer régulièrement. Les sites marchands vivent dans la crainte des mises à jour aux noms animaliers Penguin, Panda ou plus récemment Pigeon qui peuvent bouleverser le référencement provoquant la descente aux enfers de certains et l’explosion d’autres.

LES COULISSES DU WEB : GOOGLE ANALYTICS

Une fois tout ce travail réalisé, Google vous fournit gratuitement un outil formidable vous permettant de mesurer le résultat de votre dur labeur : Google Analytics. Avec cet outil, vous pouvez tout savoir sur ce qui se passe sur votre site Internet. Il vous donne jour par jour le nombre de visiteurs sur le site, le taux de rebond (les internautes fourbes qui quittent votre site sans s’être donnés la peine de vous lire), la durée moyenne de visites, l’origine géographique des visiteurs, les sources de trafic de votre site… La seule chose qu’on ne sait pas est l’identité du visiteur. C’est l’unique limite au voyeurisme digital : Google garde pour lui les données personnelles.

Mais surtout vous pouvez voir en temps réel combien d’internautes visitent votre site et quelles pages ils sont en train de regarder sous forme de petites barres bleues qui défilent. Désespoir : pas beaucoup de barres bleues depuis une heure. Petit bonheur : ce lecteur enchaîne les articles. Il semble accroché par mes histoires. Mon esprit vagabonde avec lui au fur et à mesure de son parcours me remémorant l’écriture de tel ou tel article. Insomniaque : ce lecteur a passé 30 minutes entre 2 heures et 3 heures du matin sur le site… Je trouve cet outil Google Analytics fascinant. Si je n’y prenais garde, je pourrais passer des heures à rêvasser en regardant défiler les petites barres bleues.

Vous le voyez le metteur en scène Google va jusqu’au bout de son exigence en vous fournissant les outils qui vont vous permettre de mesurer votre performance : un vrai coach.  Je n’étais pas complètement novice mais avant de pénétrer dans les coulisses du Web, jamais je ne me serais douté de toutes ces subtilités. Je comprends mieux le terme architecture d’un site Web tant ce travail me rappelle celui de l’architecte mêlant créativité et prise en compte des règles de l’art du bâtiment. J’en profite pour remercier Frédéric qui m’a guidé avec pédagogie dans ce labyrinthe. Je ne sais pas encore si ma pièce « étonnante époque » rencontrera du succès auprès du metteur en scène et des internautes. J’aurais eu dans tous les cas beaucoup de plaisir à l’écrire.

Abonnez-vous dès maintenant et resté(e) informé(e) en temps réel de la publication de nouveaux articles !

1 commentaire
  1. Frédéric dit

    Bonjour et merci pour ce clin d’œil ! Article très intéressant qui démontre que le référencement naturel n’aura bientôt plus de secrets pour vous ! Il me semble d’ailleurs être, je cite, « l’insomniaque qui a passé 30 minutes entre 2 heures et 3 heures du matin sur le site ». 🙂

    Comme disait Gordon Gekko dans Wall Street : « L’argent ne dort jamais »… À cela j’ajouterai que dans le Web, « le SEO ne dort jamais ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.