Feu d’artifice de drones

2 922

La légende raconte qu”il y a, 1000 ans environ, un moine chinois Li Tian eut l’idée de mélanger soufre, salpêtre et charbon de bois pour créer des bombes de poudre noire destinées à éloigner les mauvais esprits. Les feux d’artifice et la pyrotechnie venaient de naître. Aujourd’hui, une nouvelle révolution nous vient de l’Empire du Milieu : le feu d’artifice de drones. Celui de Shanghaï à l’occasion du nouvel an 2020 a fait le buzz dans le monde entier. Moins polluant, ce spectacle remplace les feux d’artifice traditionnels dans de nombreuses villes chinoises. Les américains ne sont pas en reste. Intel dispute aux chinois de Ehang le record du monde du plus grand essaim de drones synchronisés dans un feu d’artifice. Étonnante Époque vous souhaite une BONNE ANNÉE 2020 et vous propose de la commencer avec un feu d’artifice, mais pas n’importe lequel : un feu d’artifice de drones.

Bataille de record du monde de feux d’artifice de drones de X’ian à Shanghaï en passant par la Californie

C’était hier à Shanghaï pour fêter le passage à l’année 2020. 2000 drones lumineux s’envolaient dans le ciel créant des formes spectaculaires, y compris le fameux compte à rebours de la nouvelle année. Mais les images valent mieux qu’un long discours. Je les trouve magnifiques et spectaculaires. Repris sur les réseaux sociaux du monde entier, cet incroyable spectacle a fait le buzz dans le monde entier. Notre vieille Europe avec ses traditionnels feux d’artifice a repris un sacré coup de vieux.

Ce feu d’artifice chinois du 31 décembre est un nouvel épisode du duel sino-américain autour de cette technologie. La bataille commence début 2018. Lors de la cérémonie d’ouverture des jeux olympiques d’hiver de 2018 à PyeongChang en Corée, Intel crée l’événement avec son feu d’artifice utilisant une nuée de plus de 1000 drones. Cette prouesse éclipse d’ailleurs largement le reste du spectacle. 

Les chinois réagissent quelques mois plus tard en mai 2018 lors de la célébration du nouvel an chinois. A l’occasion d’une soirée de gala, près de 1400 drones s’envolent dans le ciel de la ville de X’ian ancienne capitale impériale pour un nouveau record et un merveilleux ballet lumineux. L’essaim de drones mis au point par la société chinoise Ehang compose dans le ciel toutes les formes possibles et imaginables. Ils imitent les classiques rosaces. Mais surtout ils permettent des formes lumineuses inconcevables avec les traditionnelles fusées. Là aussi, je vous laisse découvrir les images.

Les américains rois mondiaux du divertissement ne pouvaient en rester là. Quelques mois après le record de X’ian, Intel lançait à l’occasion de son 50ème anniversaire un essaim de 2000 de ses drones “shooting stars” dans le ciel. Ils venaient notamment dessiner dans le ciel californien le logo de la firme américaine entouré d’un 50. Là aussi, vous trouverez ci-dessous la vidéo.

L’impact environnemental des feux d’artifice traditionnels critiqués

Feu d'artifice traditionnel : fumée et pollution

Cette nouvelle technologie arrive à un moment où le feu d’artifice traditionnel est de plus en plus critiqué pour son impact environnemental et sanitaire désastreux. Il provoque en effet d’importants pics de pollution aux particules fines. En Allemagne championne d’Europe des feux d’artifice, la polémique fait rage. Le journal Le Monde cite un chiffre spectaculaire de l’agence fédérale pour l’environnement (UBA) : les créations pyrotechniques du nouvel an libèrent 4500 tonnes de particules fines en une nuit soit 16% des émissions annuelles totales du parc automobile allemand.

C’est en raison de cette problématique de pollution que les chinois ont décidé d’interdire les feux d’artifice traditionnels dans près de 500 villes. La voie était alors libre pour l’essor des feux d’artifice de drones.

Des feux d’artifice de drones Intel dans des lieux prestigieux

Intel ambitionne clairement de ringardiser le feu d’artifice pyrotechnique classique. L’entreprise présente d’ailleurs son offre commerciale de feux d’artifice de drones en insistant sur cet aspect environnemental. Comme l’explique Anil Nanduri directeur général des systèmes d’aviation sans pilote chez Intel : “considérez les spectacles lumineux de drones comme les feux d’artifice contemporains, écologiques, réutilisables et plus précis, fournissant des commandes programmables à une nouvelle génération d’artisans et de techniciens aériens.”

La firme américaine multiplie d’ailleurs les spectacles dans des lieux prestigieux. Après les JO,  Intel a par exemple déployé sa technologie au casino Bellagio de Las Vegas ou au centre spatial Kennedy à Cap Canaveral. Les parcs d’attraction sont bien entendu une cible de choix avec une nouvelle génération de spectacles sons et lumières comme le  “light show The Dark Arts at Hogwarts™ Castle ” autour d’Harry Potter au parc d’attractions Universal Studios Hollywood.

Le grand feu d’artifice tiré par la ville de Bruges en Belgique cette année pour la Saint Sylvestre sera un feu d’artifices de drones. Alors verrons-nous bientôt des drones éclairer la Tour Eiffel pour la fête nationale du 14 juillet ou pour le bal populaire du 15 août? Viendront-ils se substituer aux traditionnelles fusées et pétards? Et vous, comment percevez-vous cette évolution? Y-voyez-vous un progrès? Serez-vous nostalgique de la fumée et de l’odeur de poudre autour de la “belle bleue”, “la belle verte” et du bouquet final pétaradant?

Du feu d’artifice de drones aux applications militaires, il n’y a qu’un pas

Intel comme le chinois Ehang ne sont pas très bavards sur la technologie derrière ces feux d’artifice de drones. Tout au plus sait-on qu’un seul ordinateur contrôle toutes les “shooting stars” d’Intel et que les drones sont programmés à l’aide du GPS. J’ai regardé ces vidéos avec émerveillement mais vite une angoisse m’a saisi. Que se passerait-il si l’essaim de drones piratés se retournait contre le public?

Et puis Intel n’est pas vraiment réputé pour être une société de divertissement. Vous ne connaissez sans doute pas Ehang :  cette société chinoise désormais cotée au Nasdaq a l’ambition d’être un des leaders mondiaux des véhicules aériens autonomes (AAV). Elle travaille notamment sur des projets de drones taxis volants. Les application de cette technologie d’essaim de drones n’a donc pour ces deux sociétés aucune raison de se restreindre au domaine des feux d’artifice.

Elle donne notamment des idées aux militaires. L’essaim de drones olympiques d’Intel a donné des sueurs froides à l’armée américaine. Que se passerait-il si des forces armées ennemies utilisaient de cette technologie? Cela pourrait potentiellement remettre en cause la traditionnelle suprématie aérienne dont dispose l’armée américaine. L’essaim de drones pourrait devenir une arme de guérilla redoutable accessible avec un budget limité sans nécessité d’infrastructures lourdes. On a vu ces derniers mois les attaques de drones contre l’Arabie Saoudite et les dégâts qu’elles ont engendré. L’armée américaine travaille donc d’arrache pied à des programmes de boucliers anti-drones.

Des feux d’artifice aux armes, l’histoire se répète

L’armée américaine réfléchit également à l’utilisation offensive de cette technologie. Comme pour les robots humanoïdes de Boston Dynamics, c’est la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) qui fait des recherches sur ces sujets. Elle travaille sur les essaims de drones comme outil de reconnaissance ou d’appui des troupes au sol dans un contexte de guerre urbaine.

Au Xème siècle, l’invention en Chine du feu d’artifice traditionnel avait conduit en moins de 200 ans à la création des premières armes à feu. Les sympathiques feux d’artifice de drones pourraient beaucoup plus rapidement donner naissance à de redoutables armes. Ironie de l’histoire!!!

 

Vous avez apprécié cet article les feux d’artifice de drones ou comment la technologie et le numérique permettent des créations artistiques et culturelles. Vous pourriez également être intéressé par nos articles sur :

 

2 commentaires
  1. Jérôme Delacroix dit

    Il s’est avéré finalement que le spectacle de drones à Shanghai n’a pas eu lieu en direct la nuit du 31 décembre mais a été pré-enregistré le 28 décembre 2019, probablement pour des raisons de sécurité, afin d’éviter tout accident sur le Bund en période de forte affluence.

    https://www.bbc.com/news/world-asia-china-50979557

    Mais cela ne retire rien à la prouesse technique !

    1. Ban500 dit

      Merci Jérôme pour ce commentaire. Sans vouloir faire de mauvais jeu de mots : en Europe personne n’y a vu que du feu!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter Consulter

Centre de préférences de confidentialité

Cookies

Publicités

Analytics

Other