La bien triste nouvelle Coupe Davis

0 78

La coupe Davis a si souvent éclairé nos mornes mois de novembre. 9 fois au cours des 30 dernières années, la France a atteint la finale. Le plus souvent, nos joueurs n’étaient pas individuellement les meilleurs mais Leconte, Forget, Boetsch, Pioline, Monfils, Tsonga... se transcendaient sous le maillot bleu dans une ambiance survoltée digne des matchs de foot. Et puis ils ont tué la coupe Davis. L’épreuve peinait à attirer les meilleurs joueurs du monde boycottée par Federer, Nadal et Djokovic. L’argent a fait le reste. Le footballeur Gérard Piqué avec sa société Kosmos a mis 3 milliards de dollars sur la table sur 25 ans et a raflé la mise avec sa nouvelle Coupe Davis. Nous Français avons bien entendu détesté ce tragique décès. Mais nous y voilà, la 1ère édition de la nouvelle Coupe Davis a lieu cette semaine à Madrid. Nous ne pouvions passer à côté de l’événement.

La nouvelle formule de la coupe Davis signée Gérard Piqué et Kosmos

Gérard Piqué organisateur de la nouvelle Coupe Davis

On ne peut le nier, l’ancienne formule de la Coupe Davis battait de l’aile. Dans un calendrier surchargé, dégager du temps pour aller défendre le maillot national plusieurs week-end par an rebutait de plus en plus les meilleurs. Jouer la coupe Davis demandait potentiellement de sacrifier sa saison individuelle. Inacceptable pour les joueurs du top 10.

Alors ils ont largement soutenu la nouvelle formule de la Coupe Davis proposée par le footballeur Gérard Piqué et mari de la chanteuse Shakira. L’épreuve regroupant 18 nations serait désormais concentrée sur une semaine. Le père Noël Piqué était venu avec des dollars pleins sa hotte, accompagné d’une kyrielle de sponsors dont le groupe japonais Rakuten déjà sponsor comme par hasard du Barça. Louis Vuitton et Rolex seraient aussi de la partie mais aussi plus surprenant la ligue de football espagnol. On assistait à la 1ère OPA d’un sport sur un autre.

Les participants à l’événement de cette toucheront a minima 100.000€ et la nation vainqueur plus de 2 millions d’€. Les fédérations n’ont pas été oubliées. Elles aussi recevront une large obole ce qui acheva de convaincre les “désintéressés” dirigeants de la fédération internationale de tennis (ITF). Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes capitalistes. Je m’attendais à une 1ère édition au Qatar ou à Dubaï. Ça sera finalement Madrid, un choix étonnant de la part de Gérard Piqué qui milite pour l’indépendance de la Catalogne.

Le début laborieux de cette 1ère édition à Madrid

Lundi 18 équipes nationales se sont donc retrouvées pour cette semaine de championnat international. Côté têtes d’affiche, le pari de Gérard Piqué est plutôt réussi. Hormis Federer ouvertement hostile, les gros calibres du circuit sont là, notamment Djokovic et Nadal. Mais c’est du côté du public que le bât blesse. Curieusement, le match France-Japon n’a pas attiré la foule des grands jours à Madrid. Les Français emmenés par Monfils et Tsonga ont laborieusement battu les Nippons devant une salle vide à 90% et sans supporter français. Le contraste avec les finales jouées à Lille les années précédentes est cruel pour les joueurs.

L’argent ne peut pas tout faire. Créer une âme prend du temps. On a certes brièvement revu l’esprit de la coupe Davis lors du match Espagne Russie où Nadal accroché par Khachanov a fait parler la poudre. Nadal c’est peut-être lui qui sauvera du fiasco cette nouvelle coupe Davis. Si les organisateurs ont de la chance la Serbie de Djokovic et l’Espagne de Nadal pourraient se retrouver en finale. L’épreuve écrirait alors la 1ère page de sa légende.

ATP Cup, Laver Cup, cette nouvelle coupe Davis fait face à une sévère concurrence

Rod Laver Cup

Mais cette nouvelle coupe Davis façon Gérard Piqué pourrait en fait disparaître aussi vite qu’elle n’est néé. En changeant le format historique de la compétition, l’ITF a ouvert la boîte de Pandore et engendré une surprenante concurrence sur le front du tennis par équipe. En janvier 2020 aura lieu à Sydney en Australie l’ATP Cup organisée par l’ATP (association des tennismen professionnels) et qui comptera pour le classement mondial. Cette compétition opposera pendant 10 jours en simple les joueurs de 24 nations regroupés en équipe de 3 à 5 joueurs.

La formule de cette compétition vous rappelle furieusement la nouvelle coupe Davis. C’est normal! On se retrouve donc dans une situation ubuesque où la fédération internationale de tennis et l’ATP se concurrencent pour organiser le meilleur événement par équipe nationale. L’ATP a également misé gros avec des dotations de 15 millions de dollars pour les joueurs.

Un 3ème larron vient s’inviter à la fête. Sous l’impulsion de Roger Federer, la Laver Cup oppose maintenant depuis 3 ans début septembre une équipe de joueurs européens à une équipe de joueurs du reste du monde sur le modèle de la Ryder Cup de golf. Les européens mènent 3 victoires à 0. En bon Helvète, le grand Roger a visé le haut de gamme et le prestige avec seulement 6 joueurs dans chaque équipe entraînés respectivement par les légendes John Mc Enroe et Björn Borg. L’événement est sponsorisé par Rolex, Crédit Suisse et Mercedes!

Au même moment Federer joue devant 40.000 personnes un match exhibition à Mexico

Pendant ce temps, vous pourriez penser que le grand Roger Federer se repose en vue de l’Open d’Australie. Eh bien non! Paré de sa tenue Uniqlo cousue de dollars, Roger est en train de jouer un match exhibition avec Zverev devant 40.000 spectateurs. Sans doute plus rentable pour lui que la coupe Davis!!!

Vous le voyez le tennis business ne manque pas de créativité pour faire pousser les dollars. La vieille coupe Davis inventée à l’époque du sport amateur ne pouvait résister à une telle tornade. Quel formidable bénéfice que le principe de la concurrence libre et non faussée appliquée au sport! Personnellement, j’ai la nostalgie le vieux lion Noah rugissant sur le banc de l’équipe de France de coupe Davis.

Mise à jour du 24/11/2019 : la victoire de l’Espagne de Nadal sauve in extremis cette 1ère coupe Davis

L’Espagne remporte à domicile cette 1ère édition de la nouvelle Coupe Davis devant un stade plein. Gérard Piqué pourra mettre en avant la ferveur populaire de la finale Espagne-Canada. Pourtant l’esprit n’y était pas vraiment. J’ai trouvé très intéressant les propos d’Arnaud Boetsch à ce sujet dans l’Equipe. L’ex-joueur vainqueur de la coupe Davis en 1996 est aujourd’hui responsable de la communication de Rolex l’un des principaux sponsors de la nouvelle coupe. Ses propos sont donc par essence mesurés. Il ne peut pas se permettre de tirer au bazooka sur la nouvelle formule.

Boetsch a bien analysé le talon d’Achille de la nouvelle formule : l’absence de spectateurs de pays autres que le pays organisateur. Il résume ses propose en une phrase : « Pour que la Coupe Davis – Coupe du monde de tennis soit un succès, il faut une ferveur de tous les pays ». Un vrai défi en perspective pour Kosmos et Gérard Piqué.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter Consulter