Project debater : l’intelligence artificielle qui débat avec les humains

1 171

Quoi de plus humain que l’art du débat! L’art oratoire, l’art de l’éloquence, la rhétorique sont au cœur de notre civilisation occidentale depuis l’antiquité. Et voilà que j’apprends qu’après les échecs et le jeu de Go, une intelligence artificielle d’IBM baptisée Project Debater dispute à l’Homme la suprématie en matière de débat. Incroyable, impossible, fascinant!!! Étonnante Époque se devait de vous conter cette joute oratoire historique entre l’homme et la machine.

Rhétorique définition

Technique du discours, ensemble de règles, de procédés constituant l’art de bien parler, de l’éloquence. Aristote distingue 3 types d’arguments qui feront la qualité d’un orateur :

  • Le logos : c’est le discours rationnel, l’argumentation qui permet par sa logique de convaincre l’auditoire
  • Le pathos : l’ensemble des sentiments, des émotions et des passions que l’orateur va susciter dans le public
  • L’ethos : c’est l’image que l’orateur donne de lui-même à travers son discours. Le ressenti par l’auditoire des vertus morales de l’orateur qui vont lui permettre de gagner sa confiance

Project Debater vs. Harish Natarajan San Francisco 11 février 2019

 

La vidéo du débat

Sur la scène :

  • à gauche Harish Natarajan, 31 ans, diplômé d’Oxford et Cambridge en économie, philosophie et relations internationales, demi-finaliste du championnat du monde du débat en direct
  • à droite une machine intelligence artificielle Project Debater, 7 ans, création des chercheurs d’IBM

Les deux vont s’affronter dans un débat. Comme dans tous les bons concours, ils ont appris 15 minutes auparavant le thème : “faut-il subventionner les écoles maternelles?”. Project Debater devra défendre la thèse POUR et Harish Natarajan la thèse CONTRE. Le duel se déroule en 3 rounds : exposition par chacune des parties de ses arguments, réfutation des arguments de l’autre partie et enfin synthèse. Un vote du public départagera les deux opposants. Pour argumenter, l’IA n’est pas connectée à Internet mais dispose d’une base de connaissance de 10 milliards de phrases provenant d’articles de presse ou de revues scientifiques.

Le débat commence. L’IA Project Debater expose en 4 minutes ses arguments. Les programmateurs d’IBM lui ont choisi une voix féminine. Comme tous les orateurs anglo-saxons, l’IA commence son introduction par une courte blague, le fameux ice-breaker. Elle enchaîne ensuite par une présentation ultra-structurée avec un plan en 3 parties digne de nos meilleurs ENArques.

Victoire aux points de l’être humain

Elle appuie sa démonstration de nombreuses citations de rapport de l’OCDE, de personnalités politiques, le tout émaillé de statistiques. Les informations retenues sont pertinentes par rapport au contexte et à l’argumentation déployée. Bluffant!!! L’IA termine exactement dans le temps imparti. Précision horlogère, argumentation érudite et structurée, un technocrate bruxellois n’aurait pas renié pas cet exposé. L’IA est prête pour les elevator pitch

Harish Natarajan déroule à son tour sa thèse avec le sérieux et le brio d’un débatteur confirmé. C’est le moment du deuxième round. L’IA reformule avec pertinence les arguments déployés par son contradicteur humain et se met à les contrer. Incroyable, l’IA a réussi à “comprendre” l’argumentaire de son adversaire et s’y est adapté.

Vient ensuite le 3ème round où chacun des 2 orateurs conclut son argumentaire. Harish Natarajan est déclaré vainqueur aux poings. Finalement, l’honneur est sauf. Mais ça n’est pas l’essentiel. J’aurais parié sur une victoire par KO.

Analysons les qualités de Project Debater suivant la réthorique grecque 

  • Logos : incontestablement la force de Project Debater. L’IA est impressionnante par les connaissances qu’elle mobilise. Ce n’est pas ma plus grande surprise. La logique des machines est implacable, leur stockage d’informations imbattable. Une IA d’IBM avait déjà battu le champion américain du jeu Jeopardy.
  • Ethos j’ai été bluffé par la crédibilité de l’argumentation déployée par l’IA. Harish Natarajan le dit lui-même : ce qui l’a le plus impressionné n’est pas la capacité de la machine à citer un rapport de l’OCDE mais à la contextualiser, à l’insérer dans un raisonnement de manière cohérente en s’appuyant sur l’éthique et la morale
  • Pathos : c’est encore la faiblesse de la machine. Elle tente bien un peu d’humour convenu avec quelques trucs. Elle analyse par exemple le débit de mots de son contradicteur. Si celui-ci s’accélère, elle l’attaquera sur sa nervosité. Mais, il lui manque encore le coup de patte, la petite phrase, la répartie qui fait basculer un débat. Elle n’est pas encore prête pour affronter Trump.

Nul doute que l’IA progressera et que Project Debater sera rapidement capable de rivaliser avec l’Homme. Qui sait d’ailleurs si Emmanuel Macron qui débat 7 heures durant sans fatigue avec les maires lors du Grand débat national n’est pas en fait une intelligence artificielle équipée d’un logiciel Deep Voice de synthèse vocale!!!!!

Mais là n’est pas le plus important. Les scientifiques d’IBM travaillent sur ce projet dans un but humaniste. Ils espèrent que Project Debater et ses successeurs pourront aider les Hommes à débattre entre eux plus sereinement sur des questions complexes. Belle utopie à l’heure de la montée du populisme et des théories du complot simplificatrices. Espérons juste que l’IA n’apprendra pas trop vite la démagogie.

1 commentaire
  1. Marco78 dit

    Excellent! Bluffant! On se pince pour se réveiller de ce drôle de rêve…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. Accepter Consulter

Centre de préférences de confidentialité

Cookies

Publicités

Analytics

Other